.

Projet Talibés

L’accès à l’école laïque moderne et la réduction de la mendicité.

accès a l'école pour les talibés

Parmi les enfants qui n’ont pas accès au système scolaire, il y a les «talibés». Ce sont des enfants dont les parents ont décidé de leur donner une éducation exclusivement religieuse.
Ces enfants proviennent des régions périphériques et rurales du Sénégal et des pays voisins. Ils vivent dans des «Daara», c’est à dire une communauté où un précepteur (le marabout ou Oustaz) leur enseigne le Coran.
Leur moyen de subsistance est basé sur la récolte d’argent que les enfants eux -même récupèrent de la communauté locale. Cette forme de mendicité représente beaucoup de temps où les enfants se consacrent à mendier, à l’exception de quelques heures où ils étudient le Coran.

Avec l’étude exclusive du Coran, les perspectives futures sont limitées. Seuls quelques-uns peuvent continuer la formation religieuse, apprendre à lire et à écrire en arabe et devenir à leur tour, un jour, marabout, Iman d’une mosquée ou professeur du Coran. Les autres finissent par arrêter leur formation sans avoir les acquis nécessaires pour connaitre, communiquer et trouver un travail dans le monde moderne. C’est pour cette raison que nous pensons qu’en leur offrant aussi l’accès à une école laïque moderne, ils auront non seulement de meilleures perspectives futures, mais aussi plus de choix et de développement personnel.

L’obstacle est avant tout culturel et religieux. En effet, une grande partie des parents confient leur enfant à un marabout parce qu’ils vivent dans des conditions économiques difficiles et n’ont pas d’autres alternatives. Cependant, d’autres le font pour que leur enfant ne soit pas influencé par le monde moderne et qu’il se dédit entièrement à la religion. De ce fait, il y a peu de marabouts et de parents qui trouvent avantageux pour l’enfant de recevoir aussi une éducation moderne laïque. En outre, même avec l’accord des parents et des marabouts de permettre aux talibés de fréquenter l’école officielle, la nécessité de subvenir aux besoins alimentaires à travers la mendicité ne leur donne pas le temps de le faire. Un des objectifs de JanghiOnlus est de rendre cela possible dès lors que cette volonté est exprimée. C’est avec ces cas exceptionnels que nous voulons commencer, en espérant que le succès de cette initiative s’étende et puisse être un exemple et modèle pour quiconque (l’état sénégalais y compris) souhaite trouver une solution au drame de la mendicité forcé des talibés sans pour autant aller à l’encontre de la culture et des traditions de la société.

Apres s’être assuré de la volonté et de l’accord du marabout et des parents d’envoyer leur enfant vers un parcours scolaire moderne laïque, Janghi propose de payer non seulement les frais scolaires dans une école prête à les accueillir, mais aussi d’assurer au Daraa ce que ces enfants, en étudiant, ne peuvent ramener, c’est-à-dire la nourriture qu’ils auraient pu recueillir en mendiant. Janghi assure aussi le contrôle direct sur les lieux, de l’utilisation correcte de la somme récoltée.

L’objectif est supervisé par des personnes qui opèrent sur place et en collaboration avec l’ONG « Enfance et paix », active depuis longtemps et promotrice d’une école qui accueille les enfants exclus du système scolaire. Nous aimerions réaliser un projet structuré et qui assure une continuité et nous croyons que la scolarisation constitue la base indispensable pour une intervention concrète et profitable pour l’avenir de l’enfant (y compris les talibés). En effet, nous croyons que soutenir l’enseignement est la meilleure manière d’aider sans entrer en conflit avec la culture et les coutumes sociales locales.

Respect de l’identité culturelle

L’activité de Jangui veut préserver, diffuser et faire connaitre la culture et les coutumes locales. Nous sommes convaincus que toute intervention doit se baser sur la connaissance et sur le respect des réalités considérées particulières.

Les coûts:

1. Les frais scolaires de l’ONG sénégalaise Enfance et Paix sont de 98.000 Fr CFA l’année scolaire (150 euros environ). Ces frais sont répartis en:
• frais d’inscription de 18.000 Fr CFA (28 euros environ) qui comprennent l’uniforme et les mensualités d’octobre à juillet
• 8 mensualités de 10.000 Fr CFA chacune (15 euros environ)

2. Les aliments pour remplacer ce que le talibé aurait recueilli en mendiant : 90.000 Fr CFA en une année scolaire (environ 138 euros). Ce calcul a été fait en considérant que les talibés doivent ramener en moyenne 500 Fr CFA par jour au Daraa. En un mois, les talibés vont fréquenter 20 jours d’école, ce qui équivaut à 10.000fr CFA le mois (environ 15 euros). La nourriture sera donnée au Daara en présence du Directeur de l’école qui témoignera de l’effective assiduité du talibé en cours et d’un comité du quartier qui contrôlera la bonne utilisation des aliments pour les enfants du Daara.

Approche et transparence

L’approche est exclusivement laïque et inconditionnée. Il n’y a pas de perte. Les sommes recueillies seront léguées uniquement et directement à travers des opérateurs locaux. Toute opération sera suivie d’un compte-rendu et se fera sous le contrôle de personnes qui ont une histoire personnelle qui témoigne de leur sérieux et passion. Ce sont des personnes que nous connaissons et en qui nous avons confiance et qui font partie de l’association. Nous demandons à ceux qui partagent notre projet et nos principes de contribuer mais aussi de suivre ensuite, à travers le site, les histoires personnelles et les résultats obtenus. Ainsi, vous pourrez apprendre et vous développer dans un sens d’enrichissement personnel suivant l’engagement que vous souhaiterez mettre dans cette expérience différente et singulière.